Armes légères et de petits calibres : 42 journalistes outillés à Conakry 

avril 20, 2017 2:04
0

42 professionnels des médias ont été outillés ce mercredi 19 avril sur la problématique liée aux armes légères et de petits calibres en Guinée. C’est la messe des officiers sis au Camp Almamy Samory Touré dans la commune de Kaloum qui a servi de cadre à cette formation, a-t-on constaté sur place.

Selon le président de la Commission Nationale de Lutte Contre la Prolifération des Armes Légères et des Petits Calibres, Bambo Fofana, depuis 1990, les armes légères et de petits calibres ont couté la vie à près de quatre millions de personnes. C’est pourquoi, poursuit-il, l’Organisation des Nations Unies (ONU) a estimé que plus de 600 millions d’armes légères sont en circulation dans le monde et sur 49 conflits majeurs, 47 ont été menés avec des armes légères et de petits calibres comme armes principales.

Dans la même logique, il a rappelé que  l’abondance des stocks d’armes légères et de petits calibres, héritée principalement de la guerre froide et facilement accessible caractérise les conflits contemporains, de plus en plus menés sans discipline militaire et souvent responsable de graves violations des droits humains. « L’Afrique, et principalement l’Afrique subsaharienne, demeure la zone la plus affectée dans le monde par l’impact déstabilisateur des armes légères et de petit calibre », a-t-il précisé.

Dans son allocution d’ouverture, le ministre de la défense nationale représenté par son conseiller juridique à cette cérémonie, Dr. Djeliman Kouyaté, a fait remarquer que l’organisation de cet atelier met en évidence l’intérêt que le gouvernement accorde aux acteurs des médias, quant au rôle important qu’ils pourraient jouer, dans l’information et la sensibilisation des populations, sur les défis liés à la lutte contre la prolifération et la circulation illicite des armes légères et de petits calibres.

Plus loin, Dr. Kouyaté a enseigné qu’il est impérieux de s’intéresser davantage à cette problématique d’armes légères, qui,  au-delà de la question sécuritaire, pour reprendre ses mots, doit être comprise aussi comme une question des droits de l’homme et de développement.

Pour clore, il a laissé entendre que parmi les multiples défis qui interpellent la communauté internationale en général et notre sous-région en particulier, figure la non maitrise du contrôle et de la circulation illicite des armes légères et de petit calibre.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Veuillez entrer votre nom ici