Faranah : grandiose accueil pour le chef de file de l’opposition

avril 20, 2017 14:30
0

Redynamiser les structures du parti en vue des prochaines élections en Guinée, est l’un des objectifs du leader de l’Union des forces Démocratiques de Guinée (UFDG). C’est dans cette perspective que le Chef de file de l’opposition guinéenne a pris son bâton de pèlerin pour une tournée de sensibilisation de porte-à-porte à l’intérieur du pays.

C’est pourquoi, le président de l’UFDG, accompagné d’une forte délégation, a entamé ce mercredi 19 avril  cette tournée par la région administrative de Faranah où il a servi au compte de l’administration depuis  sous  le régime de feu président, Ahmed Sékou Touré. Sa première étape fut Maréla où il a été triomphalement accueilli par une foule de sympathisants et militants au bloc administratif.

De Maréla, Elhadj Mamadou Célou Dalein Diallo a posé sa valise dans la commune urbaine de Faranah, précisément au siège local de son parti. Il y a été accueilli par une marée humaine qui avait complètement envahi les rues adjacentes dans un concert de klaxons.

Le cortège est parti de l’aéroport qui est  à 5km du centre-ville pour le siège de l’UFDG. En cours de route, le principal opposant au président Alpha Condé, a fait escale dans la famille de feu Amara Touré (le grand frère du président Ahmed Sékou Touré, ndlr). L’engouement était tel qu’il a fallu des gendarmes de l’escadron mobile pour y assurer la sécurité.

Dans son allocution de bienvenue, le Secrétaire fédéral de l’UFDG et Vice-président de la délégation spéciale de Faranah, Boubacar ‘’PDG’’ Barry a rappelé le bilan de leur gestion pour lequel il n’a pas tari d’éloges.

Il a, par ailleurs, sollicité un moyen de locomotion pour lui permettre de rallier toutes les communes rurales et districts de Faranah avant les prochaines consultations électorales.

Pour sa part, le président de jeunesse de l’UFDG de Faranah, Boubacar Diallo a fait savoir que les visages de détresse que présentent les jeunes n’expriment nullement les séquelles d’une pathologie mais plutôt celles de précarité et du désespoir  dans lesquels la mal gouvernance les a plongés. Ces jeunes désœuvrés, abandonnés, sacrifiés ne fondent leur espoir que sur le président de l’UFDG a-t-il confié. Il a aussi souhaité que le chômage, le tribalisme, la promotion de la mal gouvernance, le clientélisme, la corruption soient de lointain souvenir avec Cellou Dalein Diallo.

De son coté, un membre du comité national des jeunes de l’UFDG (Ressortissant de Faranah à Conakry), Passy Condé a invité les  Faranakas à soutenir le président de l’UFDG. Car, argue-t-il, celui-ci n’est pas un homme ingrat et pour qu’en 2020, il soit le président de la Guinée.

Très content de l’accueil réservé au président de l’UFDG, l’ancien ministre de le Communication, Alhousény Makanéra Kaké a fait un réquisitoire virulent de la gouvernance du président Alpha Condé.

‘’Alpha Condé ne respecte pas ses engagements et il a été une catastrophe, une déception pour toute la Guinée. Il a instauré des clans composés par des étrangers. C’est pourquoi, nos enfants meurent en traversant la Méditerranée. A Faranah, la preuve la plus éloquente, le RPG a été chassé de son siège. Toutes les personnes ayant perdu leurs fonctions et dont les maisons ont été saccagées à cause de leur appartenance au RPG, ont été abandonnées. Tous ceux qui ont perdu la vie pour le RPG où sont-ils ? Ils sont tous abandonnés et oubliés. C’est pour dire que Alpha Condé ne respecte pas ses engagements’’, a-t-il dénoncé.

En prenant la parole, le chef de file de l’opposition guinéenne et président de l’UFDG, très ému par l’ampleur de la mobilisation, a adressé ses remerciement à tous les militants et sympathisants de son parti pour les efforts consentis lors de la présidentielle de 2015.

‘’Les Guinéens dans leur écrasante majorité ont voté Cellou Dalein mais malheureusement, il n’y a pas eu d’élections. La machine mise en place par Alpha Condé : les préfets, les sous-préfets, les gouverneurs, les démembrements de la CENI, les juges et très souvent la société civile, tous  ont été mobilisés pour qu’il y ait le coup KO… J’ai honte et je sens  humilié  à chaque fois qu’un jeune guinéen meurt dans le désert ou dans la Méditerrané en essayant de traverser pour fuir la misère, l’absence de démocratie et de liberté qui existent chez nous’’, a fustigé le président de l’UFDG qui exhorte ses militants à l’espérance quant à l’élection présidentielle de 2020. Car, a-t-il rassuré, l’UFDG est chaque jour grandi par l’arrivée massive d’autres partis et de nouveaux militants.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Veuillez entrer votre nom ici