Justice : Il connaîtra son sort mardi, après huit ans de détention provisoire

0

L’avocat de Sidiki Camara pourrait réclamer des dommages à l’Etat, si son client arrivait à être relaxé par le tribunal de première instance de Kaloum qui le juge pour des faits d’association de malfaiteurs et de vol à main armée. A la barre mardi dernier, l’accusé a plaidé non coupable, mais il a quand même demandé pardon au tribunal en vue d’être libéré.  » Je demande pardon. Pardonnez à cause de Dieu « , a-t-il plaidé.

Alors qu’il est poursuivi pour des faits d’associations de malfaiteurs, il a été le seul à être présenté devant le juge. Son avocat, Me Aboubacar Koulibaly a indiqué que son client a connu ses présumés complices à la Maison centrale où il est emprisonné depuis 2009. L’avocat a aussi réfuté les faits de vol à main armée, alors que son client est accusé d’utiliser des armes pour voler chez un Libanais, à Dixinn.

Convaincu des faits, le procureur de la République a, quant à lui, demandé de retenir l’accusé dans les liens de la culpabilité et de le condamner à 10 ans de réclusion criminelle. En revanche, Me Koulibaly croit que son client a largement compris c’est quoi être privé de sa liberté. Par conséquent, son client devrait être désormais en liberté. Surtout qu’il a passé huit ans en prison en violation de la loi sur la détention préventive.

La décision du juge Ibrahima Sory Tounkara est attendue ce mardi 27 avril 2017. En tout cas, Sidiki Camara aura été illégalement détenu à la Maison centrale comme d’ailleurs plusieurs personnes qui y attendent impatiemment leur jugement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Veuillez entrer votre nom ici