N’Zérékoré : à la rencontre des artisans du centre d’exposition artisanale

1

 Construit dans le cadre du 55ème anniversaire de l’indépendance nationale, le centre d’exposition artisanal de N’Zérékoré regorge en son sein de plusieurs sections. Des sections correspondant aux différents corps de métier qu’on y trouve. Il s’agit notamment de la section teinture forêt sacrée, la section sculpture, art et de décor.

La construction de ce centre est un ouf de soulagement pour les artisans de N’Zérékoré qui expriment leur engagement à vendre l’image de la culture guinéenne à travers l’artisanat. Toutefois, certaines difficultés les empêchent d’atteindre cet objectif.

«C’est un beau bijou que le gouvernement nous a donné.  Nous avons beaucoup souffert par le passé… Mais aujourd’hui, le gouvernement nous a fait face en nous offrant ce lieu touristique. Cela nous réjouit à plus d’un titre. Cependant, nous n’avons pas de moyens pour améliorer et augmenter nos produits. Tout ce que nous produisons, reste ici. Nous sommes confrontés au manque de matières premières qui  connaissent moments de rupture dans les villages où nous allons nous approvisionner. Ce qui provoque parfois un ralentissement du niveau de production chez nous. Alors que si nous avons des moyens, nous pouvons représenter la région dans les foires nationales voire internationales », nous a confiés Antony Théa, le chef artistes du centre artisanal de N’Zérékoré.

Décorateur de profession, monsieur Antony Théa  déplore également la rareté des clients qui ne facilite pas l’écoulement de ses œuvres.

«Personnellement, je rencontre un peu de difficulté parce que mes produits ne sont pas beaucoup écoulés. Les tableaux que je fabrique sont aimés par des touristes. Mais quand le pays n’est pas suffisamment ouvert, il y a toujours un déficit de clientèle. Avant on recevait des clients de l’intérieur et de l’étranger mais aujourd’hui tout est bloqué. Nous n’avons pas suffisamment de clients pours les tableaux de paysage », a-t-il confié.

Le manque de moyens, c’est ce problème qui affecte tous les secteurs de métier de ce centre. « On a beaucoup de difficultés. Parce qu’un artiste qui manque de moyens pour assister aux grandes foires, est obligé de se concentrer sur la clientèle domestique. Alors que les foires artisanales, sont des événements devenus rares dans notre pays… C’est à travers ses œuvres qu’un artisan se fait voir. Mais comment il va se faire voir sans exposition, s’interroge Lancinè Camara dit ’’Farafina’’, artiste sculpteur au centre d’exposition artisanale de N’Zérékoré.

Il faut rappeler que le centre d’exposition artisanale de N’Zérékoré n’est pas encore inauguré officiellement.

Facely Konaté

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Veuillez entrer votre nom ici