RDC : qui ne veut pas qu’Etienne Tshisekedi soit enterré ?

mai 11, 2017 11:08
0

Les oppositions politiques en RDC sont tranchées, sans pitié et sans limite. On ne saurait de quel côté se placer pour dire « à bon chat, bon rat ». De l’angle de vue du chat, on voit que le rat est coriace, de l’angle de vue de l’opposition, le chat est intraitable. Aucun cimetière sur le territoire de la RDC n’est digne d’accueillir Etienne Tshisekedi et le siège de son parti, situé en zone résidentielle ne peut l’accueillir, le pauvre.

L’apparence du problème est transparente et laisse dessiner le fond du problème dans lequel la frime et l’orgueil sont mis en jeu rien que pour la forme. Dans la réalité, il ne coûterait absolument rien au pouvoir de laisser enterrer le vieux leader n’importe où comme il ne coûterait absolument rien à sa famille biologique prise en otage par sa famille politique de l’enterrer dans un cimetière public ou privé. Dans cette bataille morale rangée, qui cèdera pour libérer l’âme du défunt sans estimer avoir perdu la face et le combat ?

Parlant du combat réel, n’est-il pas déjà perdu pour l’opposition depuis la nomination de Bruno Tshibala comme Premier ministre devant l’impuissance de l’opposition divisée et noyautée dans toute sa couture et aussi avec la bénédiction du silence pesant de la Communauté internationale ?  

Dans le jeu RD-congolais, probablement que Joseph Kabila ne tient pas absolument à conserver le pouvoir qui sera intenable devant le tollé qui s’en suivra, l’essentiel pour lui est qu’aucun de ses adversaires déclarés et jusqu’au-boutistes n’accède à sa succession.

Pour ce jeu, il a une autre marge plus large en réserve : au cas où un de ses opposants venait à s’approcher de son fauteuil, le problème de financement des élections sera mis sur la table. Et dans la conjoncture actuelle, peu de donateurs se bousculeraient au portillon pour financer une élection qui ne sera jamais reconnue par un côté comme par l’autre qui perdrait. L’impasse est là, elle joue en sa faveur. En plus, la dépouille d’Etienne Tshisekedi, qui n’arrive pas à trouver terre, est la preuve que les oppositions sont inconciliables. 

Même au cas où Joseph Kabila jetterait l’éponge sous une pression quelconque, rien ne peut certifier que cette opposition ne conduise pas le pays vers une destination inconnue et la question de l’endroit propice à l’inhumation restera la pomme de discorde.

La question qui se pose est de savoir si Etienne Tshisekedi lui-même veut être enterré ou s’il ne veut être enterré que quand la paix définitive règne sur la RDC, ce qui n’est pas pour demain. Comme on le voit, il a pris tout le pays en otage. Il y a des hommes de cette trempe, qui refusent d’être enterrés, comme Lénine.

Que faire ?

Moïse Sidibé

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Veuillez entrer votre nom ici