Revue de presse: L’opposition entre colère et préoccupation, Dalein fustige Alpha à Kaloum, agression du Préfet de Coyah, odeur de corruption autour de l’orientation des nouveaux bacheliers.

décembre 27, 2016 21:27
0

A la Une des journaux de la place : l’opposition entre colère et préoccupation, Cellou Dalein fustige Alpha Condé à Kaloum, les candidatures indépendantes pour les communales, l’agression du préfet de Coyah, une odeur de corruption autour de l’orientation des nouveaux bacheliers ou encore la mort par noyade de 3 personnes à Siguiri…

‘’Guinée : Entre l’ire et délire’’, s’exclame le journal satirique Le Lynx à la Une. La position de Faya Milimono du Bloc Libéral et son groupe de frondeurs du Front uni pour la défense des droits des citoyens, par rapport à l’accord politique du 12 octobre, n’a pas laissé indifférents ses pairs de l’opposition républicaine. Lors de la réunion du 25 novembre tenue au QG de l’UFDG, il a été examiné la situation créée par ceux qu’elle appelle ‘’les frondeurs’’ et qui avaient pour objectif principal, selon Aboubacar Sylla, porte-voix des opposants, « de remettre en cause, une des dispositions de l’accord du 12 octobre, relative notamment à l’organisation des élections communales ». Le 25 novembre, les contestataires de l’accord étaient abonnés absents. Ce que Zagamor (ou vif) Sylla n’a pas peiné à expliquer. « La réunion avait pour but d’évaluer la mise en œuvre de l’accord politique qu’ils contestent. Tant que les réunions de l’opposition porteront sur l’accord politique et tant qu’ils continuent de le contester, nous pensons qu’il est inutile de les convier à nos réunions. Parce qu’ils ont affirmé haut et fort, leur opposition farouche aux dispositions qui concernent les élections communales…

A Coyah, le préfet Barboza… barbouillé, titre Le Lynx. Dans la nuit du 23 au 24 novembre, vers 2h du matin, des bandits armés jusqu’aux dents, ont attaqué Ibrahima Barboza Soumah, préfet de Coyah, dans sa résidence. Ils auraient sévèrement ligoté le préfet avant de le dépouiller de son argent, téléphones et mettre à sac sa maison. Ils avaient même pris le Kalach-nikov de son garde-corps. Barboza Soumah, malmené au front, au nez, à la bouche et les membres supérieurs fracturés. Pourtant, la résidence du préfet est non loin de la gendarmerie.

On apprend aussi, que la Cour constitutionnelle se trouve dans une salle situation. Les frustrations s’accumulent, les conseillers sont furieux, attendent le moindre prétexte pour vider leur sac. La coupe est pleine, mais aucun ne veut déclencher les hostilités en premier. Selon une source proche de l’institution, les conseillers accusent le président Kèlèfa Sall de tous les péchés d’Israël, dont gestion opaque et détournement. Les conseillers veulent coûte que coûte s’en débarrasser. Le poing aurait même fait objet d’une plénière début novembre. On parle « gestion unilatérale » ? Le président Sall rétorque qu’il y a deux Cours constitutionnelles : administrative et juridictionnelle. D’où les conseillers n’ont pas à l’ouvrir sur la chose administrative, aucune question n’en sera portée à leur appréciation ou délibération. Cela, les conseillers le jugent illégal, la loi portant organisation et fonctionnement de la Cour ne fait pas mention de « deux Cours » encore moins la Constitution.

‘’Navire de migrants clandestins : Alpha Condé convoque le Procureur’’, lit-on dans les colonnes du journal hebdo La Lance. A l’heure où on compte par milliers les morts noyés dans la Méditerranée, parler de l’arraisonnement par les gardes côtes bissau-guinéennes d’un navire de migrants clandestins, n’est pas extraordinaires. Sauf si l’épave abandonnée dans les eaux guinéennes par un armateurs portugais, est partie de Conakry. L’affaire implique neuf Ghanéens et un Guinéen qui s’appellerait Mohamed Condé, celui à qui l’armateur portugais aurait choisi d’offrir gracieusement le vieux navire. En récompense à l’amitié qui les lie. Premier volet de coopération, entre la Guinée et le Portugal. Le deuxième, entre la Guinée et le Ghana, a permis d’embarquer dans le navire une soixantaine de migrants, dont les Sénégalais, désireux de gagner l’Europe. L’aventure s’est arrêtée finalement chez le voisin bissau-guinéen, qui a remis la cargaison aux autorités de Koundara, la préfecture frontalière la plus proche… En l’absence du Procureur général hors du pays et face au déficit d’infos sur le dossier de l’avocat général de la Cour d’Appel de Conakry, le Chef de l’Etat n’avait de choix que le convoquer à son palais. Il a dû expliquer de fond en comble la scabreuse affaire.

A Kaloum, Cellou Dalein Diallo égratigne le pouvoir, nous informe le journal La Lance. Dimanche20 novembre, l’UFDG a tenu meeting. Du monde sur le boulevard Diallo Telly à Kouléwondy dans la commune de Kaloum. Les pancartes : ‘’A bas les fausses promesses’’, ‘’A bas l’ethnocentrisme’’, ‘’la rupture commence à Kaloum’’. Elections communales obligent. A la tribune, Cellou Dalein Diallo, les ténors du parti, Fodé Oussou Fofana, Bano Sow, Mariama Tata Bah, les responsables du parti à Kaloum aussi, un brin ironique : « La tactique du pouvoir a toujours été de priver les jeunes de Kaloum de l’emploi, de venir à la veille des élections avec des sacs de riz et de l’argent pour vous tromper. Et le lendemain des élections, vous ne les verrez plus. Tout le monde ne peut pas être riche, mais chaque Guinéen doit vivre dignement… Il faut que vous tiriez les leçons du passé. Le pouvoir ne vous reconnait qu’à la veille des élections. On ne peut pas vivre dignement lorsqu’on n’exerce pas une activité génératrice de revenus. On ne peut pas faire l’agriculture à Kaloum, tout le monde ne peut pas faire de la pêche ou le commerce. Il faut que les jeunes de Kaloum aient une prise en charge particulière. Le pouvoir essayera de vous acheter… »

‘’Des communales pour un véritable changement’’, indique le journaliste Abdourahamane Diallo, candidat aux élections communales dans l’hebdomadaire La Lance. « Nous avons trop longtemps rangé aux oubliettes notre rôle de citoyen. Nous avons oublié que nous avons des devoirs vis-à-vis des communautés dans lesquelles nous vivons. Nous sommes devenus si individualistes que nous feignons de ne rien voir dans la misère et de la pauvreté dans lesquelles végètent les populations… A travers les prochaines consultations communales, j’ai envie en tant que candidat indépendant de poser un débat sérieux sur l’avenir de nos collectivités. Nous souhaitons mes colistiers et moi, amener ceux qui nous gouvernent ou aspirent à le faire, à tenir un compte de nos agendas en matière d’amélioration des services de santé,  d’éducation et d’accès à l’eau potable, d’assainissement de nos espace de vie… »

Cet autre, également jeune et artiste, Elie Kamano a annoncé sa candidature pour la commune de Matoto, le 15 novembre en conférence de presse au quartier Yembéya. Le reggae man Elie Kamano, sollicité par un collectif des jeunes, a décidé de briguer la mairie Matoto. « Je faisais mes projets, et ils sont venus me demander de me lever pour faire quelque chose pour la commune de Matoto. J’ai refusé l’offre pour un premier temps. Par la suite, je me suis dit que je fais une musique de combattant, qui éveille les consciences et ça m’interpellait. Alors j’ai décidé de me présenter comme candidat indépendant aux élections communales de février 2017 ».

Dans l’hebdomadaire L’Indépendant, on apprend que Madame la ministre des Travaux Publics a effectué un tour le samedi 19 novembre dernier dans la préfecture de Coyah en prélude au démarrage des travaux de construction de la route nationale numéro 1 Coyah-Dabola. C’est la société chinoise CRBC qui s’est adjugée le marché de construction de cette route suite à un appel d’offres qui aurait mis aux prises des entreprises spécialisées dans les BTP dont Guiter S.A. L’homme d’affaire malien Batchily, proche du palais présidentiel serait en réalité celui qui aurait introduit cette entreprise chinoise en Guinée, au grand dam de Ansoumane Kaba, PDG de la société Guiter S.A, qui lorgnait également le marché de cette route nationale. A noter qu’il s’agit d’un contrat commercial de près de 417 millions de dollars américains.

‘’Pêche : André Loua se plie face mareyeuses’’, lit-on dans l’hebdo L’Indépendant. S’il y a quelqu’un qui admettra le grand pouvoir des femmes, c’est bien André Loua, ministre des pêches et de l’économie maritime. En effet, il aura suffi d’une seule manifestation des mareyeuses guinéennes, le vendredi dernier, pour que le ministre prenne en charge l’ensemble des revendications portées à sa connaissance. Les mesures annoncées sont les suivantes : la fermeture systématique de tous les centres frigorifiques ouverts par les armateurs et les Chinois, l’approvisionnement du marché intérieur en poissons de qualité, la promesse d’un débat devant aider à fixer un prix raisonnable, l’engagement en faveur de la lutte contre le monopole dans le secteur…

A Siguiri, un naufrage fait 3 morts et plusieurs blessés, lit-on dans le journal L’Indépendant. Le naufrage d’une barque qui s’est produit sur le fleuve niger dans la localité de Djalakoro lundi dernier a fait trois morts dont un homme souffrant de cécité et deux bébés et plusieurs blessés. Le naufrage se serait produit au moment où l’embarcation de fortune qui venait de la ville de Siguiri située à près de 700 kilomètres de la capitale, était sur le point d’arriver au niveau du débarcadère de Djalakoro, bourgade dont le marché forain a lieu les lundis. Sur les circonstances du drame, le sous-préfet de Djalakoro, Lancei Kouyaté a parlé d’une scène de panique enregistrée chez les passagers à bord de la barque qui auraient cru que l’embarcation allait couler.

Le journal Nouvelle Elite nous parle d’une odeur de corruption sur l’orientation de nouveaux bacheliers… Depuis plus d’une semaine, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, dirigé par M. Abdoulaye Yéro Baldé, fait face à la grogne des nouveaux bacheliers. Et pour cause, certains estiment être orientés dans les filières qu’ils n’ont pas choisies. Et qu’ils n’auraient jamais d’ailleurs rêvées pratiquer. Ce qui a du coup poussé nombre d’entre eux à faire un sit-in, à la somme d’argent. Jusqu’à trois millions de francs guinéens, dit-on. Et, ils sont prêts à supporter les conséquences. Puisque vu la quasi-impossibilité pour un bachelier de transférer d’un campus à l’autre, au cas où il réussissait par une éventuelle fraude, il ne pourrait toucher un copeck de sa pécule durant tout le cycle académique.

‘’Massacre du 28 septembre 2009 : Le ministre de la Justice annonce la tenue du procès en Guinée’’, rapporte le journal L’Indépendant. Le ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Me Cheick Sako a rassuré la semaine dernière à Conakry, de la tenue prochaine du procès tant attendu, du massacre du 28 septembre 2009. Des tueries, faut-il le rappeler, ayant eu pour théâtre d’opération le plus grand stade de Conakry d’alors. Où, selon un rapport des Nations Unies, au moins 156 manifestants aux mains nues auraient été tuées et 109 femmes violées et des centaines violentées. Mais où et quand se tiendra le procès ? A Conakry ou à l’intérieur du pays. Peu importe, mais ça sera fait en Guinée, tranche le ministre Sako.

Autre nouvelle. Le ministère de la Santé a célébré, lundi 14 novembre 2016, à Conakry, la journée mondiale du Diabète en République de Guinée, sous le thème ‘’Gardez un œil sur le diabète’’. Le thème choisi a pour but de souligner le fait que le Diabète peut altérer la vision et parfois conduire à la cécité. D’où la nécessité d’un suivi régulier chez l’ophtalmologue mais aussi pour souligner qu’un trouble de la vision peut être le signe annonciateur du diabète. Dans sa déclaration, le ministre de la Santé, Abdourahamane Diallo a souligné que le diabète constitue un défi sanitaire inséparable de celui des maladies non transmissibles comme l’hypertension artérielle, les maladies cardiovasculaires et les cancers. De nos jours, ces maladies constituent pour la Guinée, un lourd fardeau qui s’ajouter aux autres maladies telles que le paludisme, le VIH/Sida et la tuberculose.

On finit avec les nouvelles de l’Agence Guinéenne de Presse (AGP). Le président de la Fédération Guinéenne des Promoteurs de la Filière Moringa (FGPF-M), Mody Oury Diallo a animé, vendredi, 25 novembre 2016, une conférence, à la Maison de la presse de Coléah, en présence du vice-président du Conseil National des Organisation de la Société Civile Guinéenne (CNOSCG), Dr Alpha Abdoulaye Diallo, et Cyril Aboly cadre au Ministère de l’Environnement, des Eaux et Forêts. Elle a eu pour objectif, de faire le bilan de la participation de cette frange de la Société Civile (SC) à la 22ème Conférence des Parties (COP22) de la Convention-cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) tenue à Marrakech (Maroc) du 07 au 18 novembre 2016, et parler des perspectives face à cet épineux problème mondiale qu’est le changement climatique. Dans son discours introductif, le président de la FGPF-M, Mody Oury Diallo, a indiqué, que sa structure se félicite d’avoir participé, de la manière active, à la COP22. Au  nombre des résultats, on a fait observer une minute de silence vendredi, 11 novembre, à 11 heures, à l’endroit de toute l’humanité, des espèces de la faune et de la flore.

Une mission onusienne, conduite par le représentant de la République de Guinée auprès des Nations Unies, Mamady Touré, a séjourné dans la préfecture de Fria, jeudi, 24 novembre 2016, rapporte l’AGP. L’objectif de cette mission est de contrôler et d’évaluer les activités menées pour la consolidation de la paix par le Comité local de Concertation dans les Localités Minières (CCLM) de la préfecture sur financement des Fonds des Nations Unies pour la Consolidation de la Paix (FNUCP) ou (PBF). Pendant ce séjour, le représentant du Ministère des Mines et de la Géologie (MMG), Nènè Moussa Maléya Camara a d’abord expliqué le rôle, la composition et le fonctionnement des CCLM. Il a ensuite remercié le Système des Nations Unies (SNU) pour l’installation de 40 CCLM, l’équipement des 82 CCLM du pays en ordinateurs et imprimantes et leur formation en technique de prévention des conflits et de médiation, ainsi que sur les Droits de l’Homme (DH) et pour la mise en place d’un observatoire national des CCLM. A leur tour, les autorités de Fria ont remercié le SNU pour son assistance en faveur des populations de leur localité pour la consolidation de la paix. Elles ont rassuré la mission de leur engagement pour soutenir toutes les actions dans le cadre de la consolidation de paix dans la préfecture.

Dernière nouvelle au compte de cette revue de presse. Le district préfectoral de Boxe de Fria a reçu mercredi, 23 novembre 2016, un important lot d’équipements de boxe offert par la Fédération Guinéenne de Boxe (FGB), en présence du secrétaire général chargé des Collectivités décentralisées de la préfecture, Naby Camara, rapporte l’AGP. Ce lot d’équipements comprend 06 paires de gangs, 04 sacs de frappe, 01 rouleau de corde à ring, 02 paires de gangs de leçons et des gilets de natation. Le premier secrétaire à l’Organisation de la FGB, Mohamed Lamine Kourouma a fait savoir à l’occasion, que ce geste à la jeunesse de Fria est loin d’être un fait du hasard, qu’il est la récompense méritée et légitime de tous les efforts déployés par les autorités locales en faveur de fédération pour le développement et le rayonnement de cette discipline à Fria.

Ainsi s’achève cette édition et à la semaine prochaine. En attendant, restez scotchés sur le site www.guineenews.org pour vous informer en temps réel.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Veuillez entrer votre nom ici